Artichaut

Origine de l’artichaut

Son origine n’est pas connue avec certitude, mais il est probable qu’il provienne d’Afrique du nord et qu’il ait été introduit en Espagne et en Sicile par les conquérants arabes au moyen-âge. Ses zones de culture se sont progressivement étendues vers le nord de l’Italie et en France aux XVe et XVIe siècles puis ont traversé les océans. La plante se cultive aujourd’hui essentiellement en Afrique du nord, en Italie, en Espagne, en France, en Amérique de sud, aux USA et en Chine.

L’artichaut est une plante potagère bisannuelle (2 floraisons par an), cousine du chardon et fait partie de la famille des astéracées.

Cagette d'artichauds
On utilise traditionnellement l’artichaut pour ses propriété purgatives et ses propriétés antioxydantes.

Rôle de l’artichaut

Le bouton floral appelé capitule est très prisé en gastronomie, en particulier le réceptacle floral que l’on appelle couramment le fond d’artichaut. Si cette partie de la plante a des intérêts nutritionnels incontestables, ce sont les feuilles de la tige qui ont une réelle action bénéfique.

Le principe actif de base de l’artichaut est la cynarine. Il s’agit d’un principe amer qui a des propriétés cholérétiques (favorise la production de la bile), légèrement cholagogue (favorise l’élimination de la bile) et qui favorise le métabolisme de l’éthanol, aidant ainsi à soulager les inconforts liées à la consommation excessive d’alcool.

L’artichaut favorise l’élimination des toxiques et des toxines stockés dans le foie.

L’artichaut contient de l’inuline, une fibre insoluble de la famille de fructo oligosaccharides (FOS) qui a une action prébiotique (elle nourrit la flore intestinale). L’artichaut contient également d’autres fibres solubles et insolubles en quantité importante qui favorisent le transit intestinal.

La cynarine, la silymarine et certains polyphénols contenus dans l’artichaut favorisent la régénération des cellules hépatiques.

De nombreux antioxydants sont présents dans l’artichaut. On retrouve notamment des composés phénoliques et anthocyanines.

Les bienfaits d’une supplémentation en artichaut

L’artichaut est principalement utilisé pour ses vertus dépuratives et stimulantes de de la fonction hépatique.
  • Il possède une fonction hépato protectrice : il participe à réduire l’incidence des produits nocifs pour le foie, en particulier l’alcool.
  • Il favorise l’équilibre de la flore intestinale et allège la constipation chronique.
  • L’artichaut aide à maintenir une glycémie normale.
  • Il favorise la microcirculation.

Conseils d’utilisation

L’artichaut peut être utilisé seul, en association ou en alternance avec d’autres plantes synergiques telles que le radis noir, la fumeterre ou le boldo, ainsi qu’avec certains acides aminés comme le L-glutathion pour compléter et renforcer son action.

Dans tous les cas, il est préférable de ne pas chercher à obtenir un travail trop rapide par des doses excessives ou des programmes trop longs : le nettoyage ne sera pas plus rapide et l’organisme se fatiguera inutilement.

La durée généralement conseillée pour les cures est de 15 jours à 3 semaines et peuvent être renouvelées après un mois d’interruption. La période idéale se situe entre le mois de mars et le mois de juin, mais on peut également effectuer les cures entre le mois de septembre et le mois de novembre.

Jeune femme souriante

L’artichaut se prend de préférence le soir au moment du dîner, mais il est également possible de prendre ½ dose au petit déjeuner et ½ dose au dîner.

Précautions d’emploi et contre-indications

Dans certains cas, l’artichaut peut provoquer des nausées, une perte d’appétit ou une accélération du transit. Ces inconforts sont bénins et disparaissent relativement rapidement : ils témoignent d’un foie très surchargé. Il sera alors conseillé de raccourcir la durée des cures (10 à 15 jours maximum) en les renouvelant plus souvent.

Il arrive également que les cures d’artichaut augmentent les ballonnements et les flatulences.

Les cures d’artichaut sont contre-indiquées pour les femmes enceintes et allaitantes.

Quelques rares cas d’allergie aux astéracées (artichaut, camomille, marguerite) ont été rapportés et la plante est alors déconseillée.

En cas de calculs biliaires, il est nécessaire de prendre l’avis d’un thérapeute avant de faire une cure d’artichaut. Si les voies biliaires sont obstruées, la plante est totalement contre-indiquée.

0 Mon panier

Aucun produit

Choisissez votre point relais
Produit ajouté au panier
Connexion / Inscription
Vous n'avez pas encore de compte ?
Créer mon compte
Vous avez un compte ?
Hello