Bourrache

Les origines de la bourrache

Appartenant à la famille des boraginacées, la bourrache tient ses origines du Moyen-Orient. On la rencontre partout en Europe où elle est reconnaissable par ses longues tiges velues de 30 à 70 cm de haut, ses feuilles ovales, ridées et larges, ses fleurs bleues, blanches ou rose vif selon le climat, disposées en cymes. La floraison s’étend de mai à septembre pour une récolte en juin-juillet.

Plante vivace à la fleur bleue connue pour agrémenter les salades, la bourrache officinale ou « langue de bœuf » est réputée depuis fort longtemps pour ses vertus curatives et préventives sur la peau.

Bourrache

Pour certains, les maures d’Espagne l’auraient nommée « abou-rach » (père-sueur) à cause de ses vertus sudorifiques. D’autres estiment que le nom viendrait du latin borago, signifiant « je stimule le cœur ». Le médecin grec Pline la dénommait « plante du bonheur et du courage ». Autrefois, la bourrache était consommée comme un légume ; ses fleurs aromatisaient le vin.

La phytothérapie utilise les sommités fleuries, les feuilles, les graines et les tiges de la bourrache

Composition de la bourrache

La bourrache donne des graines riches en oméga 6 (acide gamma linolénique) dont on tire une huile végétale de première pression à froid gorgée en acides gras polyinsaturés, bénéfiques pour la peau.

La plante contient aussi du mucilage, de l’allantoïne, de la résine, des sels, des tanins et des alcaloïdes pyrrolizidiniques, toxiques hépatiques lorsqu’ils sont isolés.

Les chercheurs s’intéressent aux propriétés de la bourrache pour soulager les douleurs articulaires. Sa teneur en acides gamma-linoléniques réduirait les douleurs et les raideurs matinales, ainsi que les oedèmes au niveau des articulations.

Les fleurs et les jeunes feuilles sont comestibles et peuvent se consommer en salade. Leur goût rappelle celui du concombre.

Les bienfaits de la bourrache

La teneur en acides gras essentiels de l’huile de bourrache issue des graines lui confère des bienfaits réputés sur la peau. Celle-ci est très efficace pour conserver la jeunesse de la peau, éliminer ou atténuer les rides, les vergetures et calmer la sécheresse cutanée.

L’huile permet également d’améliorer l’élasticité de la peau et de retarder le vieillissement cellulaire, de nourrir et d’hydrater en profondeur, de renforcer les ongles et les cheveux.

Ses propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires bénéficient aussi à la mobilité des articulations.

Les tisanes de bourrache ont des propriétés dépuratives et diurétiques dans les maladies de la peau, les rhumatismes et certaines affections des voies urinaires. La bourrache augmente considérablement le volume d’urine produit, ce qui draine les tissus, favorise la sudation et élimine les toxines hors du corps.

Les parties aériennes, diurétiques et sudoripares, apaisent la toux et les écoulements du nez.

Les herboristes et les apothicaires vendaient autrefois le « jus d’herbe dépuratif », un écrasé de feuilles de bourrache, de pissenlit et de cresson.

Voici quelques associations heureuses des principes actifs de la bourrache, en plantes médicinales ou compléments :

  • Avec la bardane pour soulager les peaux sèches et irritées
  • Avec la carotte, pour préparer la peau au bronzage
  • Avec l’avoine, pour soulager les troubles cutanées.
La bourrache serait également utile pour traiter les inflammations des gencives et en cas de parodontite.
La teneur en acides gras essentiels de l’huile de bourrache issue des graines lui confère des bienfaits réputés sur la peau
Femme souriante qui boit une infusion

Posologie de la bourrache

Prendre de 1 à 3 gélules par jour avec un grand verre d’eau selon le conditionnement du laboratoire. À conserver de préférence au frais.

Pour traiter les douleurs aux articulations, prendre entre 6 et 12 grammes d’huile de bourrache par jour.

L’huile de bourrache est souvent associée aux vitamines E, A, D et K.

Les parties aériennes sont souvent proposées en tisanes ou en infusions. 

En cas de toux, boire 4 à 5 fois par jour une infusion ou tisane de bourrache à raison de 20 grammes pour un litre.

Les parties aériennes, diurétiques et sudoripares, apaisent la toux et les écoulements du nez

Précautions d’emploi de la bourrache

Les parties aériennes sont toxiques de par leur teneur en alcaloïdes pyrrolizidiniques. Elle sont contre-indiquées aux femmes enceintes ou allaitantes et aux personnes souffrant de troubles hépatiques. Il est conseillé de consulter un médecin avant de les ingérer ou les appliquer en cataplasme sur la peau. Aucun risque avec l’huile de bourrache, qui peut être utilisée sans risque par tous, car elle ne contient pas d’alcaloïdes pyrrolizidiniques.

Les parties aériennes peuvent interagir avec les médicaments à vocation hépatotoxique. Leur usage mutuel est déconseillé sans l’avis d’un médecin.

Des effets indésirables peuvent survenir en usage interne en cas de surdosage (selles molles, ballonnements, éructations).

0 Mon panier

Aucun produit

Choisissez votre point relais
Produit ajouté au panier
Connexion / Inscription
Vous n'avez pas encore de compte ?
Créer mon compte
Vous avez un compte ?
Hello