Ortie

Origine de l’ortie

L’Ortie (Urtica diotica et Urtica urens) est une plante bien connue de tous pour ses facultés à envahir les terrains et son action urticante dès que l’on est en contact avec. Il s’agit pourtant d’une plante pleine de propriétés nutritives et remarquable pour le bien-être.

Les orties sont un groupe de plantes herbacées de la famille des urticacées comprenant une trentaine d’espèces. Les orties sont composées d’un rhizome, partie souterraine qui va se développer sur une surface plus ou moins importante, au point de rendre bien souvent la plante envahissante. À partir de ce rhizome, les parties aériennes composées de tiges, feuilles et fleurs vont se développer.

Ortie sauvage

Les orties sont des plantes dotées d’une grande facilité d’adaptation. Elles sont donc présentes dans toutes les régions tempérées du globe. Dotées de petites pointes au pouvoir urticant sur les tiges et les feuilles, elles repoussent un grand nombre d’espèces animales et sont un refuge pour un grand nombre d’insectes créant ainsi des réservoirs pour la biodiversité.

Deux variétés d’orties sont prédominantes : il s’agit de la grande ortie (Urtica diotica) également appelée ortie commune ou ortie diotique, et de la petite ortie (Urtica urens) que l’on nomme parfois ortie brûlante ou ortie grièche. Ces deux variétés ont une composition similaire et donc les mêmes propriétés.

La grande ortie mesure entre 50 cm et 1 voire 2 m de haut et apprécie les terrains non entretenus comme les terrains vagues, les champs et les sous-bois. La petite ortie, elle, a une taille inférieure à 50 cm et se rencontre généralement dans les décombres, les friches et certaines zones de culture.

Les poils situés sur la tige et les feuilles contiennent un mélange d’acide formique, d’histamine, d’acétylcholine et de sérotonine qui provoquent rougeurs et irritations en cas de contact, mais ce cocktail urticant peut être éliminé par le hachage des feuilles, le séchage ou la cuisson, ce qui permet de consommer la plante.

L’ortie peut être utilisée de nombreuses façons :
Les feuilles hachées mélangées et macérées avec de l’eau et du purin (préparation appelée purin d’ortie) sont utilisées comme fertilisant et antiparasitaire artisanal très efficace pour les cultures.

L’ortie est une plante comestible et elle a de nombreuses propriétés bénéfiques pour la santé connues depuis plusieurs millénaires en médecine ayurvédique, grecque, romaine et médiévale. Les feuilles peuvent se consommer en salade à condition d’être hachées, on en fait des soupes et elles peuvent même être utilisées comme légumes pour accompagner les plats. La racine, elle, n’est pas utilisée à des fins culinaires mais uniquement pour le bien-être.

L’ortie est un aliment particulièrement riche : elle contient 18 acides aminés dont les 8 essentiels, ainsi que de nombreuses vitamines et des minéraux.

Composition de l’ortie

La feuille de l’ortie

Les feuilles de l’ortie contiennent :
De la chlorophylle (2,7%), un composant assainissant, protecteur du foie et oxygénant à fort potentiel antioxydant.
Des flavonoïdes, une famille de molécules protectrices du stress oxydatif, des vaisseaux sanguins (en particulier des capillaires) et du foie.
Des acides phénoliques (acide caféique et acide chlorogénique) qui soutiennent les fonctions d’élimination, en particulier le foie et le rein, participent à la régulation du sucre sanguin et protègent des radicaux libres.
Des stérols qui participent à la régulation des lipides sanguins et à la protection de la prostate.
Des coumarines qui soutiennent la circulation sanguine, lymphatique, et les défenses naturelles. Elles ont une fonction antioxydante.
De nombreux minéraux dont du calcium, du silicium, du fer, du phosphore et du potassium.
Des vitamines A et B ainsi que de la vitamine C mais cette dernière est détruite en grande partie par la déshydratation et la cuisson.

Les racines de l’ortie

Les racines de l’ortie sont composées :
De polysaccharides qui facilitent le transit, nourrissent le microbiotes intestinal (flore intestinale) et soutiennent les défenses naturelles.
De lignanes qui aident à neutraliser certains effets négatifs des œstrogènes.

Comme les feuilles, les racines d’ortie contiennent des stérols protecteurs de la prostate. Ils contribuent également à réduire les taux de cholestérol.

L’ortie est un aliment particulièrement riche : elle contient 18 acides aminés dont les 8 essentiels, ainsi que de nombreuses vitamines et des minéraux. Sa teneur en fait un produit particulièrement intéressant pour palier à de nombreux déficits alimentaires et classe la plante parmi les « super aliments ». Les éléments présents dans les feuilles et les racines sont différents et les propriétés de l’un et de l’autre varient donc.

Bienfaits de l’ortie

La feuille d’ortie peut être utilisée comme rééquilibrant alimentaire pour ses apports en protéines, vitamines et minéraux, mais elle a également de nombreuses vertus spécifiques :

  • Elle favorise le travail du rein, stimule l’élimination de l’urée et de l’acide urique, et favorise l’élimination des dépôts de cristaux.
  • Elle stimule l’élimination de la bile et participe à la protection du foie.
  • Elle contribue à apaiser les inconforts.
  • Elle soutient les défenses naturelles.
  • Elle participe à la prévention des manques en fer.
  • Elle participe à la régulation du sucre dans le sang.
  • Elle aide à freiner les petits saignements.

La racine d’ortie, elle, est essentiellement utilisée pour favoriser l’élimination des urines chez les hommes qui ont une prostate trop volumineuse.

La feuille d’ortie peut être utilisée comme rééquilibrant alimentaire pour ses apports en protéines, vitamines et minéraux, et favorise l’élimination des urines
Homme mûre en nature

Conseils d’utilisation de l’ortie

Respecter les précautions d'emploi indiquées par le laboratoire.

0 Mon panier

Aucun produit

Choisissez votre point relais
Produit ajouté au panier
Connexion / Inscription
Vous n'avez pas encore de compte ?
Créer mon compte
Vous avez un compte ?
Hello